Oujda

BlasonsMarocOujda

Présentation de Oujda

OUJDA, une ville à découvrir…

Oujda, ville de 800 000 habitants est une ville marocaine frontalière (à 10 km de l’Algérie) et cosmopolite par essence. Située à 55 km de la Méditerranée son emplacement en fait un carrefour privilégié entre l’Europe et le Grand Maghreb.

C’est  une cité culturelle et universitaire, qui tend à devenir une technopole source de hautes compétences. Plusieurs infrastructures abritent des musées comme le musée de la Résistance ou encore celui d’Histoires Naturelles.

Sa médina est baignée d’une luminosité toute méditerranéenne, où règne une animation constante.

Oujda c’est aussi les anciens remparts, avec ses deux portes Bab el Gharbi et Bab Abdelouahab datant du XIIIe siècle, l’antique mosquée Jamaâ Al Kabir, la Medersa mérinide, le palais Dar Sebti sans oublier des bâtiments de l’époque coloniale comme la banque du Maroc Al Maghrib.

Outre son implantation prometteuse sur le plan international, la région de l’Oriental dont Oujda est la capitale déploie une mosaïque de sites riches en diversité qui méritent d’être connus car spécifiques.

De l’oasis de Figuig aux rivages de la Méditerranée qui connait un fort développement touristique grâce à la station balnéaire de Saïdia, du Rif central à la lisière de la frontière algérienne où les visiteurs sont toujours accueillis cordialement, les paysages raviront vos yeux et exalteront votre curiosité.

Propos recueillis auprès de monsieur Abdelmalek FIZAZI consultant à l’Agence de l’Oriental.Auparavant en tant qu’archéologue, chef de service des Musées au Ministère de la Culture.Textes issus du site de l’Agence de l’Oriental, monsieur Fizazi que je remercie sincèrement pour son aide précieuse.

 

Histoire de Oujda

Oujda et la région de l’oriental

De par cette situation géographique centrale en Afrique du Nord, sur la rive Sud de la Méditerranée, et de par son histoire, la Région de l’Oriental a connu de multiples influences..

Aux Origines de l’Humanité…

La présence humaine est attestée dans l’Oriental depuis les temps les plus reculés : au-delà de 400 000 ans des vestiges et des témoignages de cette présence humaine témoignent des différentes civilisations qui s’y sont succédé, notamment dans le Rif.

De l’Empire Romain d’Occident…

De l‘époque romaine, on ne trouve que des écrits, et une hypothèse de site fortifié au à l’Est d’Oujda.

De la conquête arabo musulmane…

Au 7ème siècle, suite à la conquête arabo-musulmane, la région de l’Oriental devient un point relais de la route vers l’Orient mais aussi vers le Sud.

En 994 le Zénète Ziri Ibn Attia fonde la cité d’Oujda, dans un site choisi pour sa position dans la plaine des Angad, non loin de l’oasis et des sources de Sidi Yahya, et à proximité des montagnes-refuges des Zénètes Sanhaja.

Une cité stratégique de la dynastie Mérinide…

Originaires de l’Oriental, il était normal que les Mérinides (XIV s.) s’intéressent à Oujda. Ils commencèrent par la « détruire » pour ensuite la doter de fortifications et d’infrastructures urbaines dignes d’une grande ville : la mosquée à khotba-Jama’ Lakbir, sa madrasa et « l’ancien Hammam.

Place de la Région sous la Dynastie Alaouite…
Au cours de la seconde moitié du XVII ° s. l’Oriental verra la montée d’une seconde dynastie, celle des alaouites.

Au cours du règne de Moulay Ismail la région est dotée de nombreuses Kasba et de contingents qui sécurisent les routes commerciales et l’ensemble de la région.

Du protectorat français…

Oujda est occupée le 24 mars 1907 bien avant la signature du Protectorat en 1912. Elle verra se réaliser les premières infrastructures modernes du pays dont une ligne de chemin de fer qui la relie à l’Algérie ainsi que les premiers établissements d’enseignement moderne (Ecole Sidi Ziyane, première école moderne, Lycée de Garçons). De cette colonisation la région héritera également d’un urbanisme et d’une architecture moderne visibles surtout à Oujda. La région connait aussi un essor remarquable avec le développement de l’agriculture moderne et de l’industrie minière.Mais ce « protectorat » qui se transformait petit à petit en colonisation ne pouvait durer et la résistance marocaine pour y mettre fin se déclencha dans tout le Maroc et a vu la Région de l’Oriental et sa population y occuper une place remarquable pour aboutir à l’indépendance  en        1956
D’aujourd’hui et  de  demain…
Aujourd’hui, la Région, avec l’Initiative Royale pour le Développent de la Région de l’Oriental -proclamée par S.M. Le Roi Mohamed VI en 2003 – voit le développement de grandes infrastructures, dans les domaines de l’agro-industrie, des technologies de pointe, du  tourisme, notamment le tourisme durable pour lequel l’Oriental offre des sites et des paysages uniques et l’accueil d’une population qui a gardé parmi ses valeurs une hospitalité chaleureuse inoubliable.

 Propos recueillis auprès de monsieur Abdelmalek FIZAZI consultant à l’Agence de l’Oriental.Auparavant en tant qu’archéologue, chef de service des Musées au Ministère de la Culture.Textes issus du site de l’Agence de l’Oriental,monsieur Fizazi que je remercie sincèrement pour son aide précieuse

La gastronomie à Oujda

OUJDA, l’Oriental et ses traditions.

Gastronomie, artisanat, patrimoine…

Patrimoine Matériel & Immatériel : une mosaïque homogène

Les données de l’histoire, conjuguées à celles de la situation géographique et aux éléments d’un milieu naturel relativement rude, ont façonné la culture et le patrimoine matériel et immatériel de l’Oriental. Du Sud vers le Nord nous pourront y distinguer :

  • «la culture oasienne de Figuig.
  • « la culture nomade ».
  • « la culture des plaines ».
  • « la culture des massifs montagneux      ».

Un artisanat à revaloriser

L’artisanat de l’Oriental est, un artisanat «utilitaire» qui continue à produire des objets mobiliers, des outils et des ustensiles domestiques ou destinés au travail agricole, des vêtements et du tissage… Le tissage et le travail de la laine restent vivaces. Ce tissage permet encore aux femmes (souvent dans le cadre de coopératives et d’AGRD) aussi bien dans les campagnes que dans les villes, de produire des vêtements (jellaba, burnous..), ainsi que des tapis (zarbiya et hanbal) et des lhaf (matelas).

Parmi les particularités de l’artisanat de l’Oriental, on se doit de signaler le travail de la vannerie polychrome qui utilise l’alfa pour produire couscoussiers, corbeilles plates, ainsi que d’autres ustensiles des campagnes de l’Oriental.

Certaines productions artisanales sont essentiellement citadines,  nous citerons le travail de la broderie au fil d’or ou d’argent que réalisent aussi bien les femmes pour les costumes d’apparat que les hommes pour les selles et le harnachement des chevaux.

Des particularités du costume

Les femmes et les hommes dans l’Oriental, prisent le costume traditionnel local surtout pour les cérémonies officielles et les fêtes.

Dans les campagnes les femmes portent toujours des vêtements amples en drapés ou en robes (izar, blouza,haïk), les hommes ont également des vêtements amples : fouqiya, jellaba, burnous.

Aux classiques de la cuisine marocaine, l’Oriental ajoute des touches locales.

L’art culinaire de la région Orientale est un art aussi riche et varié. Les femmes ont su dominer les compositions et harmoniser les produits de leurs terroirs pour maîtriser le salé et le sucré (pruneaux, raisins secs, figues sèches, coings…).

Musique et danses, des traits marquants dans la personnalité de la Région.

Les plats de fête et Les gâteaux succulents accompagnent des événements festifs où musiques et danses égaient l’assistance. Plus que la cuisine, cet aspect du patrimoine immatériel est encore plus spécifique à la personnalité de la Région.

L’aalaoui, sont des musiques et des danses par lesquelles est identifié tout l’Oriental.

Un autre type de musique prisé dans certaines campagnes mais aussi à la ville est le chant des qasîda (poème épique ou récit chantant des valeurs de sagesse universelle).

Ces fêtes peuvent associer une fantasia à cheval ou à pied.

La musique citadine par excellence est la musique gharnati ou musique andalouse, arrivée au xvi-xvii ème siècle d’Andalousie et de Grenade plus particulièrement.

Propos recueillis auprès de monsieur Abdelmalek FIZAZI consultant à l’Agence de l’Oriental.Auparavant en tant qu’archéologue, chef de service des Musées au Ministère de la Culture.Textes issus du site de l’Agence de l’Oriental, monsieur Fizazi que je remercie sincèrement pour son aide précieuse.

 

Manifestations

Oujda et la région de l’Oriental

 

Diaporama conçu par l’Agence de l’Oriental dont le but est la promotion de la région de l’Oriental.

 

Oujda connaît un développement culturel important.A noter plusieurs manifestations de grande qualité:

Le Festival International de musique Gharnatie,

Le Festival International du Raï,

Le Festival International de théâtre,

La Traversée de l’Oriental,

Les Journées culturelles oasiennes de Figuig.

Que voir à Oujda ?

Oujda et la région de l’Oriental

Où dormir à Oujda ?

à venir

Le saviez-vous ?

Le surnom de la ville d’Oujda: « Poenix city »; comme le phoenix malgré plusieurs destructions, Oujda a toujours su renaître de ses cendres.

Sur le plan historique, c’est à Oujda en 1907 qu’a été créée la première école moderne du Maroc, l’école SidI Ziane, à noter qu’en 1918 cet établissemnt réservé aux garçons a accueilli la première classe pour fillettes musulmanes.

Informations Utiles

à venir

Type de partenariat Coopération décentralisée, 2003
Localisation à venir
Distance Aix-Oujda à venir
Population à venir
Monnaie Le Dirham (MAD) 1€ = 11 dirhams
Maire Omar Hjira
Responsable Jumelages Mme Yveline Gans-Garaudée